Miyuki


06 mai 2021

Synopsis :

Masato a 16 ans et vit depuis peu avec sa demi-sœur Miyuki Wakamatsu plus jeune d'un an, qu'il n'avait pas vu depuis près de 6 ans.

Cette dernière est une fille joyeuse et espiègle, si bien qu'une complicité va très vite s'installer entre les deux jeunes gens.

Au lycée, Masato est amoureux de sa camarade de classe, la belle et timide Miyuki Kashima, et, malgré ses maladresses, il réussit à attirer son attention.

Bientôt Masato va être partagé entre les sentiments qu'il éprouve pour sa camarade de classe et ceux, tout aussi forts, qu'il ressent pour sa sœur. Ils n'ont en réalité aucun lien de sang, mais le sait-elle?


Critique : 

Voici une série télé de type shonen qui fut diffusée en france en 1991 elle comporte 37 épisodes et raconte l'histoire d 'un jeune garçon un peu loser qui tombe amoureux de deux filles superbes s'appelant toutes les deux miyuki. l'une d'elle est sa soeur par alliance qui revient vivre avec lui au japon.

Graphiquement c'est très jolie, plus enfantin que touch, ça renforce pour moi l'age des personnages qui sont au collège et pas au lycée.
il y a de trés belles scènes de couché de soleil et de cerisiers en fleurs, les couleurs sont très bien choisies.
les musiques, un super générique de début et un générique de fin très nostalgique, l'ambiance musicale est moins variée que Touch mais tout aussi efficace et bien choisie.

L'histoire, il faudra être indulgent et passer outre les bizarreries scénaristique, comme le fait que le garçon a perdu, sa mère biologique, plus sa mère adoptive et que son père le laisse vivre seul au japon, ou encore que des adultes tombent amoureux de collègiennes.


Au début l'humour est très pervers.


Mais vite je me suis attaché aux deux miyuki qui sont très différentes l'une de l'autre, et je me suis demandé laquelle il aller choisir et ce qui aller arriver à l'autre, à partir de la j'étais attrapé par la série, impossible de m'en détacher.


La fin m'a beaucoup plu, Je conseil cette série !

Où le trouver ?

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article